COMMENT CHOISIR LE BÂTON OPTIMAL | ÉTAPE #2 : LE FLEX

 

Dans le premier article de cette série de trois, nous avons traité de l’importance de prendre en considération l’emplacement du point de flexion du bâton. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur une autre variable importante : l'indice de flexibilité. Ce paramètre n’est jamais à prendre à la légère, dans la mesure où celui-ci a une incidence notable sur la performance que vous retirerez de votre bâton. Règle générale, la valeur numérique associée au flex indique la pression nécessaire (en livres) afin de plier le bâton d'un pouce. Ainsi, un bâton ayant un indice de flexibilité de 85 signifie que le joueur doit exercer 85 livres de pression pour le plier d'un pouce.

 

Il faut savoir, d’entrée de jeu, que le degré de flexibilité d’un bâton demeurera toujours une préférence personnelle. À preuve, parmi les joueurs de la LNH, on remarque une grande variation à cet égard. Daniel Brière, par exemple, débute la saison régulière avec une flexibilité de 75. Au fur et mesure que la saison progresse et que sa masse musculaire diminue (comme la majorité des joueurs), il change pour un 65 flex, à peine plus rigide que le 62 flex qui a permis à Brett Hull de marquer la majorité de ses 742 buts en carrière. Alex Ovechkin, dont le tir des poignets est l’un des plus redoutables du circuit Bettman, évolue avec un flex de 77. Et ce, en faisant osciller la balance à 230 livres!

 

 

Certains joueurs, à l’inverse, sont réputés pour utiliser des bâtons très rigides. C’est le cas de Jiri Tlusty qui, sans être particulièrement imposant, joue avec un indice de flexibilité de 120. Zdeno Chara, quant à lui, a réussi à battre le record du tir frappé le plus puissant avec un 140 flex… Hormis ces cas extrêmes, la majorité des joueurs professionnels utilisent des bâtons dont la flexibilité se situe entre 100 et 110.

 

Pour tous les joueurs n’ayant aucune préférence marquée pour un indice de flexibilité particulier, il y a une méthode simple pour calculer le flex optimal qui convient à toutes les situations de jeu : divisez votre poids (en livres) par deux. Vous devez également garder en tête qu’en coupant un bâton, vous modifierez possiblement l’indice de flexibilité. De nos jours, la plupart des modèles de bâtons en composite sont dotés d’une flex free zone de deux pouces. Autrement dit, vous pouvez couper votre bâton jusqu’à deux pouces sans affecter ses propriétés. Pour tout pouce supplémentaire coupé, le flex augmentera de 3. Il est important de noter, par ailleurs, que la rigidité du bâton n’est que très faiblement corrélée à sa durabilité; les bâtons rigides sont tout aussi susceptibles de briser, peu importe votre style de jeu.

 

Gardez à l’esprit que la perception de la flexibilité d’un bâton variera en fonction de son point de flexion. À flex égal, un bâton low kickpoint semblera un peu plus rigide qu'un bâton mid kickpoint (pour une analyse extensive sur ces différences, veuillez vous référer au premier article de cette série). Sur ce dernier, le point de flexion devrait se trouver exactement au positionnement de la main inférieure, d'où la sensation de le plier plus facilement.